Justin Kingley nous fait découvrir le don avec un grand D.

Cet homme m’inspire tellement. C’est fou!

Dans un des plus sympa café de notre chère métropole qui est le San Gennaro qui est mon  nouveau spot préféré à Montréal, je me suis entretenue avec un être si humain, si gentil et si vrai. La liste pourrait continuer mais je vais m’arrêter à ces quelques qualités que j’ai découverte autour d’un thé et des merveilleux biscuits que Justin m’a offert lors de notre rencontre.

Thé, Snoopy et Le Livre du Don

Justin Kingley est un roi du monde des communications. À mes yeux, il est le roi!

Justin Kingsley Le Livre du Don

Il a écrit plusieurs livres dont ce livre qui est littéralement à mon avis, une bible. Oui, une bible à mes yeux. Le Livre du Don est rempli de rires, de larmes, de moments sans tabou et d’humanisme.

Allons découvrir à travers cette entrevue, cet être créatif, émouvant et authentique (mon mot préféré).

SD : En 2013, vous avez coécrit l’autobiographie de George St-Pierre. 4 ans plus tard, vous avez écrit le livre du don qui est à mon avis un vrai chef d’œuvre (je suis rendue à la moitié et il y a des moments que j’ai dû faire une pause pour soit pleurer ou pour rire un bon goût avant de continuer).

En 4 années, est-ce que l’expérience que vous avez vécue en écrivant le livre avec George St-Pierre vous a inspiré à rédiger un livre sur le don?

JK : J’ai écrit un autre livre entre-temps qui s’appelle Weology. How Everybody Wins When We Comes Before Me. J’ai écrit le premier livre sur George en 2013 et en 2015, c’était Weology et là maintenant c’est Le livre du Don. Tous les livres sont connectés. Il n’y a pas un qui a inspiré l’autre, mais c’est plutôt des œuvres, des travaux et des ouvrages qui sont connectés l’un à l’autre. Parce qu’avec George, le sommaire de l’histoire est l’histoire de la vie d’un champion. C’est un gars qui est parti de rien pour devenir le plus grand athlète de son époque.

C’est pour inspirer les gens et surtout les jeunes sur le chemin qui peut s’ouvrir à eux s’ils font les bons choix et les bons efforts. Ensuite avec Weology. How Everybody Wins When We Comes Before Me, c’est un livre de business, mais avant tout, c’est un livre sur le leadership en affaires. Le but de ce livre est de montrer aux leaders comment devenir de meilleurs leaders qui ne réfléchissent pas juste au profit financier, mais au profit de leurs collègues.

 Weology

Dans tout cela, qu’est-ce que ces livres ont en commun, c’est du ‘’storytelling’’. Toujours très émotif. J’ai écrit ces deux livres avec deux autres personnes. L’un avec George Saint-Pierre et l’autre avec un président d’une institution financière.

Mais là, Le Livre du Don est connecté aux deux, mais d’une façon indirecte. Ce livre veut faire réfléchir les gens du rôle du don dans leur propre vie. Écrire ce livre-là pour moi a été une trajectoire émotive mouvementée. Ç’a été difficile de faire ce travail pour moi, car il y avait beaucoup d’émotions dans le livre. Il y a de la vie, la mort , la tristesse et il y a beaucoup de sourire. Mon objectif est de faire vivre autant d’émotions possibles autour du don et que c’est possible en faisant vivre autant d’émotions que j’espère que mon lecteur va réfléchir ou il y a quelque chose qui va se passer au sein de cette personne qui va le faire réfléchir à la définition du don dans le cas de sa vie.

Pour moi, ça m’est arrivé. Je pensais le don était de donner de l’argent et de faire de la charité. Il y a un lien, mais il est minime. Tu fais ça pour te sentir bien et t’alléger la culpabilité ce qui n’est pas une mauvaise chose, car quelqu’un en bénéficie. Mais ce n’est pas ça donner. Ce n’est pas de donner plus d’argent. La place du don dans ma vie n’est pas juste de donner de l’argent et je vais continuer à faire ça. Mais c’est de donner plus de mon temps. Déjà que j’en donne. Donner plus de joie, plus de patience.

Moi, en lisant les histoires et en les racontant, de ces personnages que j’ai interviewés pour ce livre, leurs histoires m’ont changé. Ç’a amélioré ma vie et c’est pour ça que nous sommes assis ici (à en parler). Les trois œuvres sont connectées surtout il y a une connexion entre le livre de Weology et celui du Don car ils viennent de la même idée.

En 2004, je travaillais comme attaché de presse pour l’ancien premier ministre du Canada, l’honorable Paul Martin. Avant de commencer ma journée de travail, je lisais mes coupures de journaux tous les matins comme je l’ai mentionné dans mon livre.  Durant une matinée, j’ai lu un article sur Warren Buffet qui a fait un don de plusieurs milliards de dollars. C’est là que j’ai commencé à réfléchir sur qu’est-ce que c’est de donner. C’est un don incroyable que cet individu a fait, mais ça ne touche pas ma vie comme individu. Comment sait-on que ce don sera durable pour la planète? On ne le sait pas.

Alors, c’est à ce moment que j’ai commencé à réaliser que la chose la plus importante n’est pas de donner plus d’argent, mais plutôt de transformer les êtres humains ou d’aider le plus de personnes. D’aider de s’entourer d’autant de gens qui veulent donner. J’avais écrit ce livre sur cet ordre d’idée mais il manquait de quoi.

Et voilà, d’où est venu le Livre du Don.

SD : Nous sommes présentement dans un monde un peu narcissique ou de plus en plus de personnes sont centrées sur elles-mêmes, mais il y a beaucoup d’altruisme également. Est-ce que vous pouvez décrire en particulier comment vous percevez ces deux contrastes?

Tu viens de dire un mot important dans ce que tu viens de me dire et c’est le mot Contraste. S’il y a trop d’un, surtout le négatif, nous sommes dans le pétrin.

Comme tu as dit, moi je suis là pour créer le contraste. Je lui là pour m’assurer que ces histoires-là sont (vues et entendues) pour créer ce contraste. Je veux que les gens voient une lumière au bout de ce tunnel. Ce qui est important, c’est qu’on espère que ces gens vont voir leur rôle en dedans de ça. Je cite souvent ce dicton qui est :

‘’ Dis-moi et j’oublierai. Montre-moi et je me souviendrai. Implique-moi et je comprendrai.’’

Si tu impliques les gens et qu’ils comprennent ce qui se passe tout en essayant de raconter des histoires émotives, on donne un rôle au lecteur et on l’implique. Et là, ils comprennent. C’est ça qu’on espère et ça crée du contraste. En espérant qu’ils deviendront éblouis pour qu’il y ait moins de noirceur et plus de clarté dans leur vie.

Justin Kingsley

SD : Ça me touche vraiment quand tu as dit que tu veux donner un rôle au lecteur. On sent comme si on faisait partie d’une mission. Pour toi, est-ce que tu sens que tu es présentement dans une mission? Si oui, laquelle?

Je suis dans une mission que, tous les jours, j’ai des tâches à accomplir pour réussir ma mission et mes missions. Car ma grande mission est une collection de petites missions. Alors, j’essaie de me dédier le plus souvent possible à mes petites tâches qui sont connectées à réaliser la plus grande mission peut-être.

SD : Je trouve que George St-Pierre et vous partagiez cette attitude philosophique. Comment votre collaboration a-t-elle débuté?

JK : Même avant que je le connaisse, j’ai vu qu’il y avait un côté philosophique à George St-Pierre. Je ne l’avais pas encore rencontré que je sentais que je le connaissais déjà. J’avais écouté ses conférences de presse et j’avais regardé ses vidéos. Et je l’ai regardé se battre. J’ai vu les gestes qu’il pose en entrant dans l’octogone. Tu vois que c’est quelqu’un qui a des valeurs et pour qui ces valeurs sont très importantes dans sa vie. Alors quelqu’un qui a ces valeurs, tu sais que c’est quelqu’un qui est intéressé par la philosophie de la vie. Je sentais qu’on allait bien s’entendre.

Et j’ai su que nous étions durant notre enfance des ‘’rejets’’. On a ça en commun. À force de le connaître, j’ai découvert le génie de cet homme-là. George traite la planète comme une quincaillerie du savoir. Il se promène dans cette quincaillerie. Il l’analyse et se pose la question si l’incorporation de cet outil (qu’il a vu dans cette quincaillerie qui est une parabole avec sa vision de la planète) lui est utile dans sa vie. Si nous mettons cette parabole dans la réalité d’aujourd’hui, dans son panier, il gardera les outils qui vont l’aider à atteindre son objectif qui est de devenir un des plus grands maîtres des arts martiaux. C’est une philosophie de la vie que je trouve unique et incroyable à adopter.

SD : Moi aussi, j’étais un enfant rejeté. Je réalise qu’on était tous un peu ancré vers une attitude optimisme malgré le fait d’être mis à part des autres enfants quand on était jeune et peut-être sombré dans des idées plus pessimismes. Pour George, j’ai l’impression qu’il a toujours été une personne optimiste depuis qu’il était jeune. Est-ce qu’il avait déjà cette mentalité philosophique dès son jeune âge?

JK : Il ne savait pas trop, mais il a commencé à s’orienter vers ses instincts dès qu’il était petit. Et ses instincts l’ont bien guidé. C’est pour ça qu’il est un des plus grands athlètes de tous les temps. Lui, il va dire qu’il n’est pas le grand pratiquant des arts martiaux, mais je lui dis peut-être, mais tu es un des plus grands athlètes.

C’est quelque chose de revenir après 4 ans contre un gars beaucoup plus gros et le vaincre d’une manière si convaincante, c’est du jamais vu. C’est un surhumain. J’aimerais ça devenir aussi bon dans ce que je fais comme lui il a fait dans sa propre vie. C’est un objectif pour moi. On s’entend bien parce que l’un comprend l’autre.

Nous avons toute sorte d’affinité humaine entre George et moi. Il est une inspiration pour tout le monde cet homme-là.

George St-Piere

S’il n’est pas une inspiration pour quelqu’un, je crois que la personne a un problème. Je suis triste pour cette personne-là qui ne pourrait pas trouver d’inspiration dans un gars comme lui.

SD : Je trouve que votre amitié est un modèle sur le don du partage dans une amitié.

JK : Tu réalises en donnant de ton savoir, tu ne perds pas, mais tu gagnes quelque chose.

En aidant aux autres à grandir et à croître, c’est un cadeau pour tout le monde. Tout le monde gagne. C’est ça Weology, c’est de donner et que tout le monde en bénéficie. Il y a différentes proportions dans la façon de donner. Mais si tout le monde gagne, personne ne perd. Ça c’est mon côté un peu plus mathématicien qui m’intéresse. Je rentre juste des plus et pas des moins.

Ça, c’est bon!

 SD : Montréal, c’est notre ville. Vous êtes un Montréalais dans l’âme. Ma question peut sembler un peu étrange, qu’est-ce que Montréal t’a apporté ou t’a donné?

L’individualisme, la liberté créative autant que physique et morale. Tu peux être qui tu veux à Montréal. Tu peux presque dire ce que tu veux dire. Je crois beaucoup en les citations d’Aristode et une de ses citations: tu es libre de faire ce que tu veux depuis que tu n’enfreignes pas la liberté des autres.

Montréal est une ville où tu peux faire ça. J’avais besoin d’une ville comme ça qui me permettrait d’explorer mon côté créatif. Pour moi, c’est une des plus grandes villes créatives au monde où nous avons la liberté morale, la liberté d’expression de réfléchir comme on veut et d’être qui on veut. Je suis un gars d’Ottawa.

Mais je suis un Ottavien dans mon âme et un Montréalais dans mon cœur.

J’adore Montréal et je ne veux pas quitter cette ville.

SD : Même quand il y a du trafic?

JK : Oh, ne parle pas du trafic et de la planification urbaine parce que là tu vas voir un autre côté de moi moins positif. Restons sur cette veine de positivisme s’il-te-plaît hahaha.

SD : Une dernière question que j’aime poser à mon interlocuteur. Quel héritage aimeriez-vous laisser à la prochaine génération d’auteur, de communicateur ou un petit enfant qui rêve être comme toi?

 JK : Les anglophones disent le ‘’Self believe’’. La confiance en soi. C’est dur être une vraie personne créative, être une personne d’idée, c’est difficile. Nous vivons dans un monde où on essaie de couper la tête à ceux qui essaient de se dépasser. Alors, la chose la plus importante est d’être capable d’ignorer toutes ces personnes, de les oublier, de juste croire en soi-même et de faire le travail. La leçon la plus importante est de faire le travail. Si tu travailles plus fort que tes critiques, tu vas gagner. Le vrai héritage est une fois que tu sais ce que tu veux faire, il faut que tu travailles vers ça.

L’héritage que je veux laisser est d’aimer vos cicatrices.

Sur le mur du gym de George St-Pierre, il y a une citation qui est affichée et là voici :

” Nos cicatrices nous disent d’où nous venons. Elles n’ont pas besoin de nous dicter où nous allons.”

Moi, je dis d’aimer vos cicatrices. Moi, ça nourrit mon feu. Quand les gens ne croient pas en moi, ça me nourrit mon feu. Alors, Do the Fucking Work.

SD : Pray the Lord

JK : Moi aussi, je devrais faire ça.

Justin Kingsley Humility is dead

Merci Justin de me faire découvrir le rôle du don dans toutes ses formes.

Je vous invite à regarder ce vidéo inspirant. Un petit indice. Ça parle de l’humilité.

Justin Kinglsey: Humility is dead video

Justin Kingsley Twitter

Le Café San Gennaro

Advertisements

When Harry met Meghan

You probably know by now that HRH Prince Harry and Meghan Markle are engaged (yeah). 

Prince Harry and Meghan Markle engagement

I wasn’t very surprised about this news but I was so happy for the couple. Actually, any happy couple that is happy and in love, I am so happy for them. In that last sentence, I wrote the word happy 4 times!! It is refreshing to write this word.

 

 

 

Back to the happy couple.

 

 

 

They represent our generation. I really don’t understand the fascination with the fact they are an interracial couple. What’s the deal. We are in 21st century people. Why can’t “the media” concentrate on the fact that they are two caring, humanitarians that happened to have met on a “blind date”, clicked, connected and fell in love? 

 

In Canada, I haven’t read much about this fact, but in The States and in The UK, I witnessed that there is still some work to be done regarding discrimination and racism.

Their joint interview with the remarkable journalist Mishal Husain, “career goals”, was like having dinner with friends that are telling you oh my god we are engaged!!” They were happy, nervous in a good way, chatty, loving, and funny. 

 

Mishal Husain
Funny Prince Harry and Meghan
 

I really was so damn happy when they spoke as a team. They want to conquer the world as a team. They are not afraid of humanitarian work, or of being the people’s Prince and Princess with a twist.

 

 

For us, Meghan is our home girl because she spent so much time in Toronto (except I’m from Montreal, but close enough) and she has really shown that she can integrate herself easily with some help of her friends of course.

 

I always enjoyed her blog, The Tig, because she was a foodie, she enjoyed fashion, and she didn’t take herself too seriously. It was an inviting blog. Another aspect that I integrated into The Chronicle, it was so important to me. 

She is another woman that I thought hmm, she is easy-going,and chill like me and a few of my girlfriends, with this fire in her eyes to fight (like Angelina) the good fight, no matter what. 

 

Meghan Markle Vanity Fair

They are both lucky to have found each other and with HRH Prince William and The Duchess of Cambridge, we may see a new era ladies and gentleman. I think they could bring out the best of one another all together. 

 

Prince Harry and Meghan are in love and they are ready to rock this world. We so need this right now. The sky seems less grey suddenly. I will follow their charities closely and maybe (I got nothing to loose), one day, I could interview them. 

Alright, alright…

You are all laughing and rolling your eyes. 

You never know!

 

Like the two of them, they probably didn’t know they would find each other and realize they found their perfect partner. 

 

In British Royal history, we do know of some couples that were deeply in love, but couldn’t be together because of Royal protocol and the timing wasn’t right. In 2017, we are witnessing a new mentality in the royal family. We all had previous relationships that didn’t work out and maybe we got married and unfortunately, a divorce was the solution. Again, kept reading about how Meghan was married and she is now a divorcee.

So what?

 

What matters most is the personality of the person, the fact that she has her heart in the right place. Let them enjoy this happiness and be supportive, like we are supportive to our friends that may follow the same path.The only difference is that your friends are not part of the biggest royal family of all time.

 

Prince Harry and Meghan Markle

It’s our time, as a generation, tojoin them in bringing in a new chapter into this story called LIFE.

 

 

Love is all you need

 

Mishal Husain Twitter

Royal Family official website

Kensington Royal Twitter

Angelina is walking the walk!

I’m in front of my computer screen to write what’s going on right now in my head. I close my eyes and say to myself again in 2017, women, young children and even men are victims of sexual violence around the world and especially in developing countries.

I have finished watching Angelina Jolie’s speech at the UN Peacekeeping Defense Ministerial Conference and I feel a range of emotions such as grief, empathy for the victims and especially frustration when, in 2017, these atrocities still exist. .

Angelina UN

I believe very strongly in the day that we will have a world without wars and without violence. Until when will violence against women continue to go? During Angelina’s speech, she cites a fact that an 18-month-old child has been the victim of sexual violence in the Democratic Republic of Congo.

But what the fuck 18 months… This is just so awful.

At that moment, I started to cry. She asked audience members to imagine that on their streets, trucks with armed men are invading their homes and they are attacking all women and girls in their homes in front of their family members and that As a result, the government of this country asks them to act as if nothing had happened.

It emphasizes that these acts destroy a life and a family. It was not a speech with words in the air. On the contrary, it was a speech of the most touching, most difficult to listen in the sense that it is not a fictional story but the reality. All of this, coming from a brave woman and determined to contribute to bring some peace in this world.

Angelina UN

There were no fanfares, no trumpets, but powerful words that drew her sheets of paper. A messenger ready to continue fighting the good fight. She is one of the voices of optimism in this world so gray. She does not waste her time talking about cosmetics, diets and the next party she will be attending. Rather, sometimes with her children, she puts on her backpack and goes to meet these victims to better understand, to cry with them and to bring them a small ray of sunshine while working very hard with different organizations to they find a better quality of life.

UN CONFERENCE

Actress Angelina Jolie, special envoy to the United Nations High Commissioner for Refugees, speaks during the 2017 UN Peacekeeping Defence Ministerial conference in Vancouver, British Columbia, Canada, on Wednesday, Nov. 15, 2017. Over 500 delegates from more than 70 countries and international organizations will gather at the upcoming Defence Ministerial to discuss improvements to UN peacekeeping operations and focus on securing new pledges from Member States. Photographer: Ben Nelms/Bloomberg via Getty Images

In recent weeks with all the scandals happening in the artistic and political world regarding sexual violence sexual harassment against women and even towards men, people are paying more attention.

But it should not take a scandal in the art world to talk about it. Women and girls, for example Nadia Murad, there are thousands. I hope we will pay more attention to those victims who do not have the social media to talk or make noise.

I hope we will support them and make noise for them. The abuse of power is a monster and even I would write that it’s a devil. But the power to do good to one’s neighbor with love and tolerance is angelic. Angelina is an angel on this earth and I’m sure she is not the only one.

UNHCR Special Envoy Angelina Jolie meets displaced Iraqis who are members of the minority Christian community, living in an abandoned school in Al Qosh

Let’s follow her!

Angie charityAngelina Jolie at the UN Peacekeeping Defense Ministerial Conference

Angelina Jolie nous fait réfléchir!

Je suis devant mon écran d’ordinateur pour écrire ce qui se passe actuellement dans ma tête. Je ferme les yeux et je me dis encore en 2017, des femmes, des jeunes enfants et même des hommes sont victimes de la violence sexuelle à travers le monde et spécialement dans les pays en voie de développement.

J’ai terminé de regarder le discours de Angelina Jolie lors du UN Peacekeeping Defense Ministerial Conference et je ressens une gamme d’émotions comme de la peine, de l’empathie pour les victimes et surtout de la frustration quand 2017, ces atrocités existent encore.

UN CONFERENCE

Je crois très fortement au jour que nous aurons un monde sans guerres et sans violence. Jusqu’à où la violence envers les femmes continuera à aller?

Durant le discours de Angelina, elle cite un fait qu’un enfant de 18 mois a été victime de violence sexuelle dans la République Démocratique du Congo. Mais quoi… 18 mois. À ce moment, je me suis mise à pleurer.

Elle a demandé aux membres de l’auditoire de s’imaginer que sur leur rue, des camions avec des hommes armés envahissent leur demeure et ceux-ci agressent toutes les femmes et les filles dans leur maison devant les membres de leur famille et que par la suite, le gouvernement de ce pays leur demande de faire comme si de rien n’était. Elle met l’accent sur le fait que ces actes détruisent une vie et une famille.

Ce n’était pas un discours avec des mots en l’air. Au contraire, ce fut un discours des plus touchants, des plus difficiles à écouter dans le sens que ce n’est pas une histoire fictive mais bien la réalité. Tout ça, venant d’une femme courageuse et déterminée à contribuer à apporter un peu de paix dans ce monde.

Il n’y avait pas de fanfares, pas de trompettes, mais des mots puissants qui dessinaient ses feuilles de papier. Une messagère prête à continuer de combattre le bon combat. Elle est une des voix qui porte un message d’optimisme dans ce monde si gris.

Elle ne perd pas son temps à nous parler des produits de beauté, des régimes et de la prochaine fête qu’elle va participer. Plutôt, avec parfois sa marmaille, elle enfile son sac à dos et part à la rencontre de ces victimes pour mieux comprendre, pour pleurer avec eux et avec elles et pour leur apporter un petit rayon de soleil tout en travaillant très fort avec différents organismes pour qu’ils retrouvent une meilleure qualité de vie.

Angelina Jolie Vancouver 2017

Depuis quelques semaines avec tous les scandales qui se passent dans le monde artistiques et politiques concernant la violence sexuelle l’harcèlement sexuel envers des femmes et même envers des hommes, les gens portent plus d’attention. Mais ça ne devrait pas prendre un scandal dans le monde artistique pour qu’on en parle. Les femmes et jeunes filles comme par exemple Nadia Murad, il y en a des milliers.

J’espère qu’on portera une plus grande attention à ces victimes qui n’ont pas les médias sociaux pour parler ou faire du bruit. J’espère qu’on les soutiendra et qu’on fera du bruit à leur place.

Justin and Angelina

L’abus du pouvoir est un monstre et même, j’irais à écrire que c’est un diable. Mais le pouvoir de faire du bien à son prochain avec amour et tolérance, c’est angélique.

Angelina est bien un ange sur cette terre et je suis sûre qu’elle n’est pas la seule.

Angie charity

Suivons-là!

 

Discours de Angelina Jolie U.N Peacekeeping Defense Ministerial Conference 2017