What’s next for Stephanie McMahon?

When you can say that one of your childhood friend and hero was in the Princess Bride movie and he is one of the most legendary wrestling figures of all time?

Andre the Giant and Stephanie McMahon

In my book, you are one of the coolest people alive!

Princess Bride

This exact same kid that grew up to be one of the great leaders of our time. During my teenage years, as a wrestling fan, I couldn’t stand the sight of her.

Because of her onscreen character of course. She played the role of a spoiled, snobby daddy’s girl so well. At that point, I was still young and couldn’t differentiate between a fictional character and the person playing the role… Now that I have grown up (now almost 35), I asked myself this question: what made me change my perception of this woman, the perception I had over all those years?

Stephanie McMahon

Yes, I grew up, but over the years, I read some interviews and saw others and I realized, my oh my, I have more in common with her than I ever could have imagined.

This woman is Stephanie McMahon.

She is the COO of the World Wrestling Entertainment.

Stephanie McMahon Leadership

Stephanie couldn’t be more different than the character she is portraying, but she does have something in common with The Million Dollar Princess.

She is ambitious!

Even since she was small, she wanted to be part of the family business.

Young Stephanie

For myself, I never really wanted to be in the family business (entertainment manager of Haitian talent), but I knew I wanted to create something parallel or inspire my father dreams. I was the little helper at the house whenever we had some theatrical rehearsal in our living room (I was the bell girl). I would listen to every business phone call that my father had, I would sometimes even go to meetings with my father. In a way, Stephanie had a similar path.


From a young age, she was learning all the different aspects of the empire her parents had created. She couldn’t deny that wrestling would be a big part of her life.

What I have admired Stephanie over the years is the fact that she has encouraged everyone to be a good leader. Not only that, she wanted to give back too. You could see it in her genuine nature; when she met young fans or whenever she spoke about the Connor’s Cure Foundation.

Connor's Cure

That, for me, is a real leader.

Connor, our hero

Honestly, when I saw her during the Attitude Era, my eyes were rolling. But now, when I read or I see an interview, my eyes are wide open and I’m listening.

When she says she was bullied and she finds it hard sometimes to read tweets on her Tweeter feed, we are seeing the real Stephanie McMahon. I learned all of it on the Lillian Garcia Podcast. It is a must!


McMahon is a mom. She is a woman that wants to be part of the change in our society, contributing to a revolution, not only in the square circle but in the boardroom too.

We can witness her achievements by just watching the Women’s Revolution in the WWE.

The evolution of us

The fact that she is balancing being a boss lady, a wife, a mother and a leader all at once is admirable.

What can we expect from Stephanie McMahon in 2018?

I guess this question should be answered by the one and only Stephanie McMahon herself, but I will write about what I expect from her in 2018.

I expect Stephanie to continue to bring smiles to faces, especially children. I hope when Raw comes to Montreal in a few weeks, kids from Montreal Hospitals, like Sainte-Justine Hospital (I was born there in the 80s; they saved my life as a premature baby) could maybe have one of their wishes granted from one of the WWE Superstars.

Stephanie and children

I expect her to continue making waves as a woman in an executive role. She didn’t have it easy getting to where she is now, as some people may wonder. She works hard, or even harder, as the boss’s daughter. I can relate to that.

I love to end my post with a question, and I ask this one directly to Stephanie :

What does Stephanie McMahon expect from herself in 2018?

S. McMahon

Stephanie McMahon on Twitter


Written by Sabine Demosthenes


Fantastic Mr. Clooney! Mr. Nick Clooney

I have wanted to be a journalist (and soccer maven) since I was a little girl.

Trying to look cool

I wanted to be as smart as Christiane Amanpour, as sassy and curious as Ann Curry and (when I was a little older) as perspicacious as Nick Clooney.

A girl can still dream. Those people are my anchors and journalism mentors.

I have wanted to do a post about Nick Clooney for a long time.


Yes, he is the father of some famous actor we may have seen on the big and small screens and we’ve drank his Tequila like there was no tomorrow ( I sure did) and still, didn’t have the worst hangover.

Bily the tequila connaisseur

Nicholas Clooney (the same given name as my father) is so fascinating. He was a well-known anchorman and television host for so many years.

Apollo 8 crew with Nick Clooney

He was a true leader in his field. But, he displays the definition of what it means to be a true leader with his actions.

He protested for the Sudanese with pride, even though he got arrested along with his son.


That shows you the man he is. Someone not afraid to fight the good fight. This is something that his son will probably pass down to his children.

In my eyes, this is the most beautiful legacy a man could leave to his descendants.

Nick Clooney Journalist

While watching David Letterman’s show last night on Netflix, I was so happy and touched by the generosity of all the Clooneys for sponsoring a very courageous Yazidi man named Hazim Avdal (and he is a good driver).

Hazim Avdal

There is goodness around us. We just need to open our eyes and our hearts.

If you have the chance to watch it on Netflix, please do!

Letterman and Clooney

Mr. Clooney. Thank you for being one of my inspirations and in a way, one of my mentors.

I salute you.


Good Night and Good Luck!

Written by Sab Demosthenes

France, elle l’a!

Quand tu l’as, tu l’as!

Ella, elle l’a!

Ce je ne sais quoi.

Ce classique de France Gall est une de mes chansons cultes depuis l’âge de 4 ans. Je la chante une ou deux fois par jour dans ma douche, dans ma voiture, dans mon bureau.

Il y a quelques années, je chantais souvent avec une des personnes qui me faisait le plus rire. Une personne que je voyais comme une grande sœur dans ma vie. On se promenait au cimetière qui se trouvait en face de notre université. C’était notre chanson à nous deux.

Un petit moment de nostalgie…

Vous pouvez deviner que ce “Chronicle” est un hommage à France Gall.

Elle a, ce tout petit supplément d’âme…

Cet indéfinissable charme.

Étant un enfant digne des années 80, j’ai connu France Gall en entendant ce tube à la radio francophone à Montréal et en visionnant son vidéoclip sur Musique Plus. Je dansais, je chantais et je croyais à cette hymne même en tant qu’une petite gamine plein d’espoir et d’énergie.

La magie Gall et Berger (Michel Berger) était palpable et spéciale. La magie de la musique et de cet héritage si précieux est qu’elle sera éternellement toujours présente.

L’album Babacar est un incontournable pour moi et grâce à cet album, j’ai pu découvrir ses anciens albums qui sont des classiques comme Paris, France. Comment ne pas souligner son rôle dans Starmania de Luc Plamondon. 1979 fut une année de renaissance pour France et comme on dit en anglais“the rest is history”.

France est une artiste que je trouve qui dégage une énergie fracassante avec délicatesse. Ça peut sembler déconcertant mais je trouve ça captivant. Mais c’est son énergie pour ses causes humanitaires qui font que je l’admire tant.

En ce jeudi 14 décembre 2017, je dédie ce “Chronicle” à cette femme qui l’aura toujours cette étincelle.

France, tu l’as et tu l’auras pour toujours cette petite flamme.

Justin Kingley nous fait découvrir le don avec un grand D.

Cet homme m’inspire tellement. C’est fou!

Dans un des plus sympa café de notre chère métropole qui est le San Gennaro qui est mon  nouveau spot préféré à Montréal, je me suis entretenue avec un être si humain, si gentil et si vrai. La liste pourrait continuer mais je vais m’arrêter à ces quelques qualités que j’ai découverte autour d’un thé et des merveilleux biscuits que Justin m’a offert lors de notre rencontre.

Thé, Snoopy et Le Livre du Don

Justin Kingley est un roi du monde des communications. À mes yeux, il est le roi!

Justin Kingsley Le Livre du Don

Il a écrit plusieurs livres dont ce livre qui est littéralement à mon avis, une bible. Oui, une bible à mes yeux. Le Livre du Don est rempli de rires, de larmes, de moments sans tabou et d’humanisme.

Allons découvrir à travers cette entrevue, cet être créatif, émouvant et authentique (mon mot préféré).

SD : En 2013, vous avez coécrit l’autobiographie de George St-Pierre. 4 ans plus tard, vous avez écrit le livre du don qui est à mon avis un vrai chef d’œuvre (je suis rendue à la moitié et il y a des moments que j’ai dû faire une pause pour soit pleurer ou pour rire un bon goût avant de continuer).

En 4 années, est-ce que l’expérience que vous avez vécue en écrivant le livre avec George St-Pierre vous a inspiré à rédiger un livre sur le don?

JK : J’ai écrit un autre livre entre-temps qui s’appelle Weology. How Everybody Wins When We Comes Before Me. J’ai écrit le premier livre sur George en 2013 et en 2015, c’était Weology et là maintenant c’est Le livre du Don. Tous les livres sont connectés. Il n’y a pas un qui a inspiré l’autre, mais c’est plutôt des œuvres, des travaux et des ouvrages qui sont connectés l’un à l’autre. Parce qu’avec George, le sommaire de l’histoire est l’histoire de la vie d’un champion. C’est un gars qui est parti de rien pour devenir le plus grand athlète de son époque.

C’est pour inspirer les gens et surtout les jeunes sur le chemin qui peut s’ouvrir à eux s’ils font les bons choix et les bons efforts. Ensuite avec Weology. How Everybody Wins When We Comes Before Me, c’est un livre de business, mais avant tout, c’est un livre sur le leadership en affaires. Le but de ce livre est de montrer aux leaders comment devenir de meilleurs leaders qui ne réfléchissent pas juste au profit financier, mais au profit de leurs collègues.


Dans tout cela, qu’est-ce que ces livres ont en commun, c’est du ‘’storytelling’’. Toujours très émotif. J’ai écrit ces deux livres avec deux autres personnes. L’un avec George Saint-Pierre et l’autre avec un président d’une institution financière.

Mais là, Le Livre du Don est connecté aux deux, mais d’une façon indirecte. Ce livre veut faire réfléchir les gens du rôle du don dans leur propre vie. Écrire ce livre-là pour moi a été une trajectoire émotive mouvementée. Ç’a été difficile de faire ce travail pour moi, car il y avait beaucoup d’émotions dans le livre. Il y a de la vie, la mort , la tristesse et il y a beaucoup de sourire. Mon objectif est de faire vivre autant d’émotions possibles autour du don et que c’est possible en faisant vivre autant d’émotions que j’espère que mon lecteur va réfléchir ou il y a quelque chose qui va se passer au sein de cette personne qui va le faire réfléchir à la définition du don dans le cas de sa vie.

Pour moi, ça m’est arrivé. Je pensais le don était de donner de l’argent et de faire de la charité. Il y a un lien, mais il est minime. Tu fais ça pour te sentir bien et t’alléger la culpabilité ce qui n’est pas une mauvaise chose, car quelqu’un en bénéficie. Mais ce n’est pas ça donner. Ce n’est pas de donner plus d’argent. La place du don dans ma vie n’est pas juste de donner de l’argent et je vais continuer à faire ça. Mais c’est de donner plus de mon temps. Déjà que j’en donne. Donner plus de joie, plus de patience.

Moi, en lisant les histoires et en les racontant, de ces personnages que j’ai interviewés pour ce livre, leurs histoires m’ont changé. Ç’a amélioré ma vie et c’est pour ça que nous sommes assis ici (à en parler). Les trois œuvres sont connectées surtout il y a une connexion entre le livre de Weology et celui du Don car ils viennent de la même idée.

En 2004, je travaillais comme attaché de presse pour l’ancien premier ministre du Canada, l’honorable Paul Martin. Avant de commencer ma journée de travail, je lisais mes coupures de journaux tous les matins comme je l’ai mentionné dans mon livre.  Durant une matinée, j’ai lu un article sur Warren Buffet qui a fait un don de plusieurs milliards de dollars. C’est là que j’ai commencé à réfléchir sur qu’est-ce que c’est de donner. C’est un don incroyable que cet individu a fait, mais ça ne touche pas ma vie comme individu. Comment sait-on que ce don sera durable pour la planète? On ne le sait pas.

Alors, c’est à ce moment que j’ai commencé à réaliser que la chose la plus importante n’est pas de donner plus d’argent, mais plutôt de transformer les êtres humains ou d’aider le plus de personnes. D’aider de s’entourer d’autant de gens qui veulent donner. J’avais écrit ce livre sur cet ordre d’idée mais il manquait de quoi.

Et voilà, d’où est venu le Livre du Don.

SD : Nous sommes présentement dans un monde un peu narcissique ou de plus en plus de personnes sont centrées sur elles-mêmes, mais il y a beaucoup d’altruisme également. Est-ce que vous pouvez décrire en particulier comment vous percevez ces deux contrastes?

Tu viens de dire un mot important dans ce que tu viens de me dire et c’est le mot Contraste. S’il y a trop d’un, surtout le négatif, nous sommes dans le pétrin.

Comme tu as dit, moi je suis là pour créer le contraste. Je lui là pour m’assurer que ces histoires-là sont (vues et entendues) pour créer ce contraste. Je veux que les gens voient une lumière au bout de ce tunnel. Ce qui est important, c’est qu’on espère que ces gens vont voir leur rôle en dedans de ça. Je cite souvent ce dicton qui est :

‘’ Dis-moi et j’oublierai. Montre-moi et je me souviendrai. Implique-moi et je comprendrai.’’

Si tu impliques les gens et qu’ils comprennent ce qui se passe tout en essayant de raconter des histoires émotives, on donne un rôle au lecteur et on l’implique. Et là, ils comprennent. C’est ça qu’on espère et ça crée du contraste. En espérant qu’ils deviendront éblouis pour qu’il y ait moins de noirceur et plus de clarté dans leur vie.

Justin Kingsley

SD : Ça me touche vraiment quand tu as dit que tu veux donner un rôle au lecteur. On sent comme si on faisait partie d’une mission. Pour toi, est-ce que tu sens que tu es présentement dans une mission? Si oui, laquelle?

Je suis dans une mission que, tous les jours, j’ai des tâches à accomplir pour réussir ma mission et mes missions. Car ma grande mission est une collection de petites missions. Alors, j’essaie de me dédier le plus souvent possible à mes petites tâches qui sont connectées à réaliser la plus grande mission peut-être.

SD : Je trouve que George St-Pierre et vous partagiez cette attitude philosophique. Comment votre collaboration a-t-elle débuté?

JK : Même avant que je le connaisse, j’ai vu qu’il y avait un côté philosophique à George St-Pierre. Je ne l’avais pas encore rencontré que je sentais que je le connaissais déjà. J’avais écouté ses conférences de presse et j’avais regardé ses vidéos. Et je l’ai regardé se battre. J’ai vu les gestes qu’il pose en entrant dans l’octogone. Tu vois que c’est quelqu’un qui a des valeurs et pour qui ces valeurs sont très importantes dans sa vie. Alors quelqu’un qui a ces valeurs, tu sais que c’est quelqu’un qui est intéressé par la philosophie de la vie. Je sentais qu’on allait bien s’entendre.

Et j’ai su que nous étions durant notre enfance des ‘’rejets’’. On a ça en commun. À force de le connaître, j’ai découvert le génie de cet homme-là. George traite la planète comme une quincaillerie du savoir. Il se promène dans cette quincaillerie. Il l’analyse et se pose la question si l’incorporation de cet outil (qu’il a vu dans cette quincaillerie qui est une parabole avec sa vision de la planète) lui est utile dans sa vie. Si nous mettons cette parabole dans la réalité d’aujourd’hui, dans son panier, il gardera les outils qui vont l’aider à atteindre son objectif qui est de devenir un des plus grands maîtres des arts martiaux. C’est une philosophie de la vie que je trouve unique et incroyable à adopter.

SD : Moi aussi, j’étais un enfant rejeté. Je réalise qu’on était tous un peu ancré vers une attitude optimisme malgré le fait d’être mis à part des autres enfants quand on était jeune et peut-être sombré dans des idées plus pessimismes. Pour George, j’ai l’impression qu’il a toujours été une personne optimiste depuis qu’il était jeune. Est-ce qu’il avait déjà cette mentalité philosophique dès son jeune âge?

JK : Il ne savait pas trop, mais il a commencé à s’orienter vers ses instincts dès qu’il était petit. Et ses instincts l’ont bien guidé. C’est pour ça qu’il est un des plus grands athlètes de tous les temps. Lui, il va dire qu’il n’est pas le grand pratiquant des arts martiaux, mais je lui dis peut-être, mais tu es un des plus grands athlètes.

C’est quelque chose de revenir après 4 ans contre un gars beaucoup plus gros et le vaincre d’une manière si convaincante, c’est du jamais vu. C’est un surhumain. J’aimerais ça devenir aussi bon dans ce que je fais comme lui il a fait dans sa propre vie. C’est un objectif pour moi. On s’entend bien parce que l’un comprend l’autre.

Nous avons toute sorte d’affinité humaine entre George et moi. Il est une inspiration pour tout le monde cet homme-là.

George St-Piere

S’il n’est pas une inspiration pour quelqu’un, je crois que la personne a un problème. Je suis triste pour cette personne-là qui ne pourrait pas trouver d’inspiration dans un gars comme lui.

SD : Je trouve que votre amitié est un modèle sur le don du partage dans une amitié.

JK : Tu réalises en donnant de ton savoir, tu ne perds pas, mais tu gagnes quelque chose.

En aidant aux autres à grandir et à croître, c’est un cadeau pour tout le monde. Tout le monde gagne. C’est ça Weology, c’est de donner et que tout le monde en bénéficie. Il y a différentes proportions dans la façon de donner. Mais si tout le monde gagne, personne ne perd. Ça c’est mon côté un peu plus mathématicien qui m’intéresse. Je rentre juste des plus et pas des moins.

Ça, c’est bon!

 SD : Montréal, c’est notre ville. Vous êtes un Montréalais dans l’âme. Ma question peut sembler un peu étrange, qu’est-ce que Montréal t’a apporté ou t’a donné?

L’individualisme, la liberté créative autant que physique et morale. Tu peux être qui tu veux à Montréal. Tu peux presque dire ce que tu veux dire. Je crois beaucoup en les citations d’Aristode et une de ses citations: tu es libre de faire ce que tu veux depuis que tu n’enfreignes pas la liberté des autres.

Montréal est une ville où tu peux faire ça. J’avais besoin d’une ville comme ça qui me permettrait d’explorer mon côté créatif. Pour moi, c’est une des plus grandes villes créatives au monde où nous avons la liberté morale, la liberté d’expression de réfléchir comme on veut et d’être qui on veut. Je suis un gars d’Ottawa.

Mais je suis un Ottavien dans mon âme et un Montréalais dans mon cœur.

J’adore Montréal et je ne veux pas quitter cette ville.

SD : Même quand il y a du trafic?

JK : Oh, ne parle pas du trafic et de la planification urbaine parce que là tu vas voir un autre côté de moi moins positif. Restons sur cette veine de positivisme s’il-te-plaît hahaha.

SD : Une dernière question que j’aime poser à mon interlocuteur. Quel héritage aimeriez-vous laisser à la prochaine génération d’auteur, de communicateur ou un petit enfant qui rêve être comme toi?

 JK : Les anglophones disent le ‘’Self believe’’. La confiance en soi. C’est dur être une vraie personne créative, être une personne d’idée, c’est difficile. Nous vivons dans un monde où on essaie de couper la tête à ceux qui essaient de se dépasser. Alors, la chose la plus importante est d’être capable d’ignorer toutes ces personnes, de les oublier, de juste croire en soi-même et de faire le travail. La leçon la plus importante est de faire le travail. Si tu travailles plus fort que tes critiques, tu vas gagner. Le vrai héritage est une fois que tu sais ce que tu veux faire, il faut que tu travailles vers ça.

L’héritage que je veux laisser est d’aimer vos cicatrices.

Sur le mur du gym de George St-Pierre, il y a une citation qui est affichée et là voici :

” Nos cicatrices nous disent d’où nous venons. Elles n’ont pas besoin de nous dicter où nous allons.”

Moi, je dis d’aimer vos cicatrices. Moi, ça nourrit mon feu. Quand les gens ne croient pas en moi, ça me nourrit mon feu. Alors, Do the Fucking Work.

SD : Pray the Lord

JK : Moi aussi, je devrais faire ça.

Justin Kingsley Humility is dead

Merci Justin de me faire découvrir le rôle du don dans toutes ses formes.

Je vous invite à regarder ce vidéo inspirant. Un petit indice. Ça parle de l’humilité.

Justin Kinglsey: Humility is dead video

Justin Kingsley Twitter

Le Café San Gennaro

When Harry met Meghan

You probably know by now that HRH Prince Harry and Meghan Markle are engaged (yeah). 

Prince Harry and Meghan Markle engagement

I wasn’t very surprised about this news but I was so happy for the couple. Actually, any happy couple that is happy and in love, I am so happy for them. In that last sentence, I wrote the word happy 4 times!! It is refreshing to write this word.




Back to the happy couple.




They represent our generation. I really don’t understand the fascination with the fact they are an interracial couple. What’s the deal. We are in 21st century people. Why can’t “the media” concentrate on the fact that they are two caring, humanitarians that happened to have met on a “blind date”, clicked, connected and fell in love? 


In Canada, I haven’t read much about this fact, but in The States and in The UK, I witnessed that there is still some work to be done regarding discrimination and racism.

Their joint interview with the remarkable journalist Mishal Husain, “career goals”, was like having dinner with friends that are telling you oh my god we are engaged!!” They were happy, nervous in a good way, chatty, loving, and funny. 


Mishal Husain
Funny Prince Harry and Meghan

I really was so damn happy when they spoke as a team. They want to conquer the world as a team. They are not afraid of humanitarian work, or of being the people’s Prince and Princess with a twist.



For us, Meghan is our home girl because she spent so much time in Toronto (except I’m from Montreal, but close enough) and she has really shown that she can integrate herself easily with some help of her friends of course.


I always enjoyed her blog, The Tig, because she was a foodie, she enjoyed fashion, and she didn’t take herself too seriously. It was an inviting blog. Another aspect that I integrated into The Chronicle, it was so important to me. 

She is another woman that I thought hmm, she is easy-going,and chill like me and a few of my girlfriends, with this fire in her eyes to fight (like Angelina) the good fight, no matter what. 


Meghan Markle Vanity Fair

They are both lucky to have found each other and with HRH Prince William and The Duchess of Cambridge, we may see a new era ladies and gentleman. I think they could bring out the best of one another all together. 


Prince Harry and Meghan are in love and they are ready to rock this world. We so need this right now. The sky seems less grey suddenly. I will follow their charities closely and maybe (I got nothing to loose), one day, I could interview them. 

Alright, alright…

You are all laughing and rolling your eyes. 

You never know!


Like the two of them, they probably didn’t know they would find each other and realize they found their perfect partner. 


In British Royal history, we do know of some couples that were deeply in love, but couldn’t be together because of Royal protocol and the timing wasn’t right. In 2017, we are witnessing a new mentality in the royal family. We all had previous relationships that didn’t work out and maybe we got married and unfortunately, a divorce was the solution. Again, kept reading about how Meghan was married and she is now a divorcee.

So what?


What matters most is the personality of the person, the fact that she has her heart in the right place. Let them enjoy this happiness and be supportive, like we are supportive to our friends that may follow the same path.The only difference is that your friends are not part of the biggest royal family of all time.


Prince Harry and Meghan Markle

It’s our time, as a generation, tojoin them in bringing in a new chapter into this story called LIFE.



Love is all you need


Mishal Husain Twitter

Royal Family official website

Kensington Royal Twitter


Je vois combien je t’aime…

Les textes de Patrick Bourgeois m’ont fait tomber en amour avec l’écriture francophone soit dans les chansons ou dans les livres de poésie. J’étais toute petite que je chantais en plus les chansons de Mitsou, les chansons des B.B. suivaient tout de suite après. Je commençais à lire durant cette période et j’étais une amoureuse des mots et des sons.


Les BB

Dimanche soir, en regardant mon compte Instagram, mon cœur a arrêté de battre pendant un moment. Je me disais que je dois rêver et que ce rêve est un cauchemar. J’apprends que notre cher Patrick nous a quittés. Un artiste que j’ai tant aimé et que je me disais ça serait super de le rencontrer autour d’un café.


Je me permets d’écrire F** Le Cancer. F*** you!

Patrick était si rayonnant, si fier de son fils, si fier de croquer dans la vie. L’éternelle optimiste.

Il m’a fait croire à mon chevalier imaginaire.

Au primaire, on me disait toujours que j’étais dans la lune. Tellement, qu’un de mes professeurs l’a écrit dans mon bulletin. Sab est une bonne élève, mais elle est toujours dans la lune. La chanson des B.B. qui porte le même nom était mon hymne à moi. Et je disais à cette enseignante, ils ont écrit cette chanson pour moi. Ah, les enfants, mais c’est ça la magie des mots. Patrick était mon magicien des mots et il me faisait rêver.

Michael Hutchence me rendait “bad ass”. Patrick Bourgeois me rendait ”féerique’ et il m’a donné des ailes pour que je continue à m’envoler dans le monde de l’écriture francophone.

Il nous manque à tous et mais nous l’aimerons à jamais.

Ludovick et Patrick

Bon repos Patrick.


They Will Never Tear Us Apart Michael

”We could live

For a thousand years

But if I hurt you

I’d make wine from your tears

I told you

That we could fly

Because we all have wings

But some of us don’t know why’

Never Tear Us Apart lyrics from the Kick Album 1987

Never Tear Us Apart music video

Michael Hutchence gave me wings. When I saw an INXS videoclip on TV, I wanted so much to be just like him (I know, I was a young girl and he was a man). I wanted to captivate everyone attention like Michael did with mine. I was mystified by him.

M. Hutchence

Michael Hutchence was my ultimate man. I was a big U2, Depeche Mode and New Order but I was a die-hard INXS girl and this is until now.

INXS New Sensation live at Wembley

INXS was part of my youth, my rollercoaster teenage years. But 1997 wasn’t an easy year for me. I was being bullying at school, I still find comfort when I came home or listening to my walkman listening to music and by INXS album on a cassette.

But the music and the dancing seem to have stopped for me on November 22, 1997. My world stop turning one more time when I heard my magical man wasn’t around anymore to make me dance.


There is no other frontman like Michael and with his brothers, they were unstoppable.

INXS 1988

His magnetism, his sex appeal (oh yeah), his voice and his charisma make him a unique and exceptional singer.

If you are asking what my favourite INXS songs are, it will be hard to answer. They all have a special meaning for me. I may not have been the only person having this dilemma.


When I watched Michael’s interview, I realize even when I was a child that it is okay to be different and to be wild and free.

Michael Hutchence

He was a free spirit, a wild horse with a sensitive soul. I saw myself in him. I felt less like an outsider.

Michael H

When he is singing those lyrics, Mystify, Mystify me! Eternally wild with the power, to make every moment come alive, that is what I’m talking about. You can feel his soul.

20 years without his gentle soul seem like yesterday everything was less magical without him. He did leave a big hole and we still feel it.


I wish I could thank him to make me want to dance again wishing he was next to me. He did play a big part of my youth and he is even more present in my adulthood.

I will tell you finally my favourite INXS song that I still play in a piano. Here we go!

INXS Beautiful Girl live

Beautiful girl,

Stay with me…


INXS official Facebook Page

INXS40 website

INXS Twitter