Belle entrevue avec​ Audrée Michaud

Rédigé par Sabine Démosthènes

Quand tu es une amoureuse de bijoux comme moi et que tu as la chance de passer un après-midi en buvant des bulles (bon, c’était de l’eau Perrier mais je mets ça dans la catégorie des bulles) et d’essayer pleins de bijoux avec une équipe du tonnerre dans leur fabuleux bureau situé au coeur du centre-ville, tu jubiles et tu rayonnes de joie.

Ce fut mon cas lors de ma visite à la charmante bijouterie Flamme en Rose. Dès que vous mettez les pieds dans leur boutique, vous vous sentez comme Audrey Hepburn dans Breakfast at Tiffany’s.

J’ai eu la chance de discuter avec l’une des fondatrices de Flamme en Rose qui est d’un charme fou. Audrée Michaud a eu un rêve et avec sa co-fondatrice, Michèle Côté de fonder leur entreprise il y a de ça, 10 ans. Je vais arrêter d’écrire et je vais vous laisser le soin de découvrir cette belle entreprise de chez nous.

Merci à toute l’équipe chez Flamme en Rose (Michèle, Audrée et Angie).

J’ai adoré ma première transformation avec mes vieux bijoux. Je suis maintenant une adepte et je porterai fièrement leur création.

Pour les amoureuses de bijoux de luxe, allez-y jeter un coup d’oeil…

Vous n’allez pas le regretter.

https://flammeenrose.com

Advertisements

Le Trio en délire… Volume Uno

Écrit et filmé par Sabine Démosthènes

Quand tu réunis ”The Preacher”, ”Le Fou Éduqué” et de ”Brain Gal”, tu ne peux pas savoir à quoi t’attendre.

Une des questions du jour était si LeBron est un héros ou pas.

Regardons ce débat avec attention.

 

Le trio était d’accord que LeBron est considéré comme un héros.

Yeah.

Bon, passons au prochain sujet.

Dans une des épisodes de South Park, le professeur de la gang a dit aux petits enfant: La drogue, c’est mal…

Ce prochain segment est un avertissement pour notre belle petite jeunesse.

Ce n’est pas bon la drogue les enfants.

Ah, les questions à la Sab. Il y a une leçon à retenir à la fin.

Restez brancher à la même Batchaîne, à la même Batheure avec ce trio.

Northside!

Le trio:

Le Fou Éduqué – Donald Démosthènes

The Preacher – Gregory Renaud

Micky  – Mikelsie Féquière

The Festival Season Opener: The Santa Teresa Festival and the Power of Love

Written by Sabine Demosthenes
This past weekend was such a nice weekend.
It was something we actually needed with all of the bad news we have been getting and the state of this world lately.
For some of us, we witness this weekend the power of love (I just love Reverand Curry).
For others, they meditate on how we can make this world a better place.
Charley-and-Snoopy
And for the young at heart, they dance the night away at the best music festival on the North Shore of Montreal, the second edition of the Santa Teresa Festival.
Santa  Teresa 2018
I pretended I was still a young twenty-something ingenue this past Sunday; trying to act cool like in my twenties with the young folks but, my age betrays me. I still manage to party like it was still 1999 (my favorite sentence).
The atmosphere was electrical.
Santa Teresa Crowd
Everyone was happy. For a split second, I didn’t think about how the world was falling apart. I must have still been under my “Power of Love Spell”. Festivals like this are good opportunities to discover new talent.
I was impressed with the Mount Kimbie band from the UK, just by seeing the crowd sing along, you could tell Montrealers were enchanted.
In my mid-twenties, I was a die-hard fan of electronic music and synth-pop. Listening to Mount Kimbie made me fall in love with this style of music all over again. 
Mount KimbieMount Kimbie and King KruleMount Kimbie King KruleMount Kimbie King Krule
Many others artists were there too: Feist, Charly Bliss, Rose Bush, Milk & Bone, and many more. 
For a small suburban community like The North Shore, they sure know how to get us to groove like there was no tomorrow!
SANTA
I can’t wait to see round 3 next year!

 

https://www.santateresa.ca/en/

Hoops

Monday, March 26th, 2018; I got back into elementary school mode. I grabbed my backpack and instead of textbooks, I filled it up with camera gear. As I walked down the elementary school hallway, I realized how small the locker seemed compared to 26 years earlier. I was all excited like I was 5 years old again.

March 26th 2018 Westmount Park Elementary School

When I opened the gym door, I saw the 15th woman to become a player on one of the oldest basketball team of all time shooting hoops.

As I sat on the bench preparing my stuff, Brianna “Hoops” Green gave me a quick “Wassup!” as we exchange some funny comments on Instagram.

Hoops and The Chronicle

She is, no doubt, an influencer with 90.7 K followers on Instagram alone!

In Westmount Park Elementary School, she was greeted like a rock star. I saw the stars in some of the students’ eyes. I remember that reaction perfectly as a long time ago, I was one of those kids.

Hoops Green and the Westmount Park kids

“Hoops”, as we call her, is a Harlem Globetrotters player. She is living her dream, doing the thing she liked the most since she was four years old. On top of that, she is an inspiration, putting smiles on those sweet little faces from all around the world.

Briana ''Hoops'' Green

Since I am becoming older and not necessarily wiser, I have a preconception that young men and women in their late teens and early twenties all have this “Kardashian” attitude and selfishness.

 

Yes, I may encounter an of few of them, but I’m realizing that there is an army of inspiring young men and women that have the desire to give back to society by being a good person. Some are hoping for and working toward a better future.

One that is not about the best selfie and how many likes they get on social media, but about compassion, kindness, and hard work.

Hope Green is certainly one of them!

Westmount Park Elementary School with Brianna Green
Written by Sabine Demosthenes

Briana Green on Instagram

http://www.harlemglobetrotters.com/hoops

Free as a bird

Did you ever feel, for a moment, so free?

Free; like the weight of the world is off your shoulders because you finally decided to accept who you are, your flaws and your strengths?

I got that feeling yesterday.

This incredible gentleman realized it.

I had the pleasure of interviewing Ralph Jusma for the very first Facebook Live “Raw” interview.

Ralph is a well-known event promoter in Montreal within the Haitian community.

His contagious smile and spirit is palpable.

He is a true showman. He is always up to bringing a festive attitude where ever he goes.

I sat down with him to have a real conversation. He shared a lot. A thousand viewers were standing still last night, listening to his every word.

We started with his formal name, then navigated to his struggles as a teenager.

We talked about his mistakes and the pain to have lost both his parents and then to finding love again.

I woke this morning feeling such honour to have had this moment with Ralph.

You can check it out on Ralph Jusma’s Facebook account.

He is a real force of nature and a little something tells me, he will continue to fly higher and higher.

Like a bird.

Ralph Jusma Facebook

Ralph Jusma Twitter

Written by Sab Demosthenes

Formula E for Life!

I was disappointed that the city of Montreal won’t be the host of the 2018 Formula E Championship.

Yes, I’m a very proud Montrealer and yes, I do understand why the Montrealers are mad for the lack of transparency from the previous mayor of the city.

But this race is the future of the racing world. The scenery was perfect (I do understand the fact it wasn’t really a perfect situation for the people leaving near by), the competition on the track was so intense and let’s face it, it’s time to encourage a more ecological attitude in every aspect of life including in sports.

I still hope there could be a solution. Maybe moving the race in the suburbs like in Tremblant. I think it’s pity that we are letting go this beautiful race.

I will still cover the Formula E with the same passion and enthusiasm attitude as last year.

2018 will be more dramatic on the track field than before. The rivalry between Di Grassi and Buemi will be on full mode in 2018. Sam Bird, Nico Prost, Jean-Eric Vergne are making waves too. This season will be epic.

Another year of having fun with the boys.

Formula E Website

Justin Kingley nous fait découvrir le don avec un grand D.

Cet homme m’inspire tellement. C’est fou!

Dans un des plus sympa café de notre chère métropole qui est le San Gennaro qui est mon  nouveau spot préféré à Montréal, je me suis entretenue avec un être si humain, si gentil et si vrai. La liste pourrait continuer mais je vais m’arrêter à ces quelques qualités que j’ai découverte autour d’un thé et des merveilleux biscuits que Justin m’a offert lors de notre rencontre.

Thé, Snoopy et Le Livre du Don

Justin Kingley est un roi du monde des communications. À mes yeux, il est le roi!

Justin Kingsley Le Livre du Don

Il a écrit plusieurs livres dont ce livre qui est littéralement à mon avis, une bible. Oui, une bible à mes yeux. Le Livre du Don est rempli de rires, de larmes, de moments sans tabou et d’humanisme.

Allons découvrir à travers cette entrevue, cet être créatif, émouvant et authentique (mon mot préféré).

SD : En 2013, vous avez coécrit l’autobiographie de George St-Pierre. 4 ans plus tard, vous avez écrit le livre du don qui est à mon avis un vrai chef d’œuvre (je suis rendue à la moitié et il y a des moments que j’ai dû faire une pause pour soit pleurer ou pour rire un bon goût avant de continuer).

En 4 années, est-ce que l’expérience que vous avez vécue en écrivant le livre avec George St-Pierre vous a inspiré à rédiger un livre sur le don?

JK : J’ai écrit un autre livre entre-temps qui s’appelle Weology. How Everybody Wins When We Comes Before Me. J’ai écrit le premier livre sur George en 2013 et en 2015, c’était Weology et là maintenant c’est Le livre du Don. Tous les livres sont connectés. Il n’y a pas un qui a inspiré l’autre, mais c’est plutôt des œuvres, des travaux et des ouvrages qui sont connectés l’un à l’autre. Parce qu’avec George, le sommaire de l’histoire est l’histoire de la vie d’un champion. C’est un gars qui est parti de rien pour devenir le plus grand athlète de son époque.

C’est pour inspirer les gens et surtout les jeunes sur le chemin qui peut s’ouvrir à eux s’ils font les bons choix et les bons efforts. Ensuite avec Weology. How Everybody Wins When We Comes Before Me, c’est un livre de business, mais avant tout, c’est un livre sur le leadership en affaires. Le but de ce livre est de montrer aux leaders comment devenir de meilleurs leaders qui ne réfléchissent pas juste au profit financier, mais au profit de leurs collègues.

 Weology

Dans tout cela, qu’est-ce que ces livres ont en commun, c’est du ‘’storytelling’’. Toujours très émotif. J’ai écrit ces deux livres avec deux autres personnes. L’un avec George Saint-Pierre et l’autre avec un président d’une institution financière.

Mais là, Le Livre du Don est connecté aux deux, mais d’une façon indirecte. Ce livre veut faire réfléchir les gens du rôle du don dans leur propre vie. Écrire ce livre-là pour moi a été une trajectoire émotive mouvementée. Ç’a été difficile de faire ce travail pour moi, car il y avait beaucoup d’émotions dans le livre. Il y a de la vie, la mort , la tristesse et il y a beaucoup de sourire. Mon objectif est de faire vivre autant d’émotions possibles autour du don et que c’est possible en faisant vivre autant d’émotions que j’espère que mon lecteur va réfléchir ou il y a quelque chose qui va se passer au sein de cette personne qui va le faire réfléchir à la définition du don dans le cas de sa vie.

Pour moi, ça m’est arrivé. Je pensais le don était de donner de l’argent et de faire de la charité. Il y a un lien, mais il est minime. Tu fais ça pour te sentir bien et t’alléger la culpabilité ce qui n’est pas une mauvaise chose, car quelqu’un en bénéficie. Mais ce n’est pas ça donner. Ce n’est pas de donner plus d’argent. La place du don dans ma vie n’est pas juste de donner de l’argent et je vais continuer à faire ça. Mais c’est de donner plus de mon temps. Déjà que j’en donne. Donner plus de joie, plus de patience.

Moi, en lisant les histoires et en les racontant, de ces personnages que j’ai interviewés pour ce livre, leurs histoires m’ont changé. Ç’a amélioré ma vie et c’est pour ça que nous sommes assis ici (à en parler). Les trois œuvres sont connectées surtout il y a une connexion entre le livre de Weology et celui du Don car ils viennent de la même idée.

En 2004, je travaillais comme attaché de presse pour l’ancien premier ministre du Canada, l’honorable Paul Martin. Avant de commencer ma journée de travail, je lisais mes coupures de journaux tous les matins comme je l’ai mentionné dans mon livre.  Durant une matinée, j’ai lu un article sur Warren Buffet qui a fait un don de plusieurs milliards de dollars. C’est là que j’ai commencé à réfléchir sur qu’est-ce que c’est de donner. C’est un don incroyable que cet individu a fait, mais ça ne touche pas ma vie comme individu. Comment sait-on que ce don sera durable pour la planète? On ne le sait pas.

Alors, c’est à ce moment que j’ai commencé à réaliser que la chose la plus importante n’est pas de donner plus d’argent, mais plutôt de transformer les êtres humains ou d’aider le plus de personnes. D’aider de s’entourer d’autant de gens qui veulent donner. J’avais écrit ce livre sur cet ordre d’idée mais il manquait de quoi.

Et voilà, d’où est venu le Livre du Don.

SD : Nous sommes présentement dans un monde un peu narcissique ou de plus en plus de personnes sont centrées sur elles-mêmes, mais il y a beaucoup d’altruisme également. Est-ce que vous pouvez décrire en particulier comment vous percevez ces deux contrastes?

Tu viens de dire un mot important dans ce que tu viens de me dire et c’est le mot Contraste. S’il y a trop d’un, surtout le négatif, nous sommes dans le pétrin.

Comme tu as dit, moi je suis là pour créer le contraste. Je lui là pour m’assurer que ces histoires-là sont (vues et entendues) pour créer ce contraste. Je veux que les gens voient une lumière au bout de ce tunnel. Ce qui est important, c’est qu’on espère que ces gens vont voir leur rôle en dedans de ça. Je cite souvent ce dicton qui est :

‘’ Dis-moi et j’oublierai. Montre-moi et je me souviendrai. Implique-moi et je comprendrai.’’

Si tu impliques les gens et qu’ils comprennent ce qui se passe tout en essayant de raconter des histoires émotives, on donne un rôle au lecteur et on l’implique. Et là, ils comprennent. C’est ça qu’on espère et ça crée du contraste. En espérant qu’ils deviendront éblouis pour qu’il y ait moins de noirceur et plus de clarté dans leur vie.

Justin Kingsley

SD : Ça me touche vraiment quand tu as dit que tu veux donner un rôle au lecteur. On sent comme si on faisait partie d’une mission. Pour toi, est-ce que tu sens que tu es présentement dans une mission? Si oui, laquelle?

Je suis dans une mission que, tous les jours, j’ai des tâches à accomplir pour réussir ma mission et mes missions. Car ma grande mission est une collection de petites missions. Alors, j’essaie de me dédier le plus souvent possible à mes petites tâches qui sont connectées à réaliser la plus grande mission peut-être.

SD : Je trouve que George St-Pierre et vous partagiez cette attitude philosophique. Comment votre collaboration a-t-elle débuté?

JK : Même avant que je le connaisse, j’ai vu qu’il y avait un côté philosophique à George St-Pierre. Je ne l’avais pas encore rencontré que je sentais que je le connaissais déjà. J’avais écouté ses conférences de presse et j’avais regardé ses vidéos. Et je l’ai regardé se battre. J’ai vu les gestes qu’il pose en entrant dans l’octogone. Tu vois que c’est quelqu’un qui a des valeurs et pour qui ces valeurs sont très importantes dans sa vie. Alors quelqu’un qui a ces valeurs, tu sais que c’est quelqu’un qui est intéressé par la philosophie de la vie. Je sentais qu’on allait bien s’entendre.

Et j’ai su que nous étions durant notre enfance des ‘’rejets’’. On a ça en commun. À force de le connaître, j’ai découvert le génie de cet homme-là. George traite la planète comme une quincaillerie du savoir. Il se promène dans cette quincaillerie. Il l’analyse et se pose la question si l’incorporation de cet outil (qu’il a vu dans cette quincaillerie qui est une parabole avec sa vision de la planète) lui est utile dans sa vie. Si nous mettons cette parabole dans la réalité d’aujourd’hui, dans son panier, il gardera les outils qui vont l’aider à atteindre son objectif qui est de devenir un des plus grands maîtres des arts martiaux. C’est une philosophie de la vie que je trouve unique et incroyable à adopter.

SD : Moi aussi, j’étais un enfant rejeté. Je réalise qu’on était tous un peu ancré vers une attitude optimisme malgré le fait d’être mis à part des autres enfants quand on était jeune et peut-être sombré dans des idées plus pessimismes. Pour George, j’ai l’impression qu’il a toujours été une personne optimiste depuis qu’il était jeune. Est-ce qu’il avait déjà cette mentalité philosophique dès son jeune âge?

JK : Il ne savait pas trop, mais il a commencé à s’orienter vers ses instincts dès qu’il était petit. Et ses instincts l’ont bien guidé. C’est pour ça qu’il est un des plus grands athlètes de tous les temps. Lui, il va dire qu’il n’est pas le grand pratiquant des arts martiaux, mais je lui dis peut-être, mais tu es un des plus grands athlètes.

C’est quelque chose de revenir après 4 ans contre un gars beaucoup plus gros et le vaincre d’une manière si convaincante, c’est du jamais vu. C’est un surhumain. J’aimerais ça devenir aussi bon dans ce que je fais comme lui il a fait dans sa propre vie. C’est un objectif pour moi. On s’entend bien parce que l’un comprend l’autre.

Nous avons toute sorte d’affinité humaine entre George et moi. Il est une inspiration pour tout le monde cet homme-là.

George St-Piere

S’il n’est pas une inspiration pour quelqu’un, je crois que la personne a un problème. Je suis triste pour cette personne-là qui ne pourrait pas trouver d’inspiration dans un gars comme lui.

SD : Je trouve que votre amitié est un modèle sur le don du partage dans une amitié.

JK : Tu réalises en donnant de ton savoir, tu ne perds pas, mais tu gagnes quelque chose.

En aidant aux autres à grandir et à croître, c’est un cadeau pour tout le monde. Tout le monde gagne. C’est ça Weology, c’est de donner et que tout le monde en bénéficie. Il y a différentes proportions dans la façon de donner. Mais si tout le monde gagne, personne ne perd. Ça c’est mon côté un peu plus mathématicien qui m’intéresse. Je rentre juste des plus et pas des moins.

Ça, c’est bon!

 SD : Montréal, c’est notre ville. Vous êtes un Montréalais dans l’âme. Ma question peut sembler un peu étrange, qu’est-ce que Montréal t’a apporté ou t’a donné?

L’individualisme, la liberté créative autant que physique et morale. Tu peux être qui tu veux à Montréal. Tu peux presque dire ce que tu veux dire. Je crois beaucoup en les citations d’Aristode et une de ses citations: tu es libre de faire ce que tu veux depuis que tu n’enfreignes pas la liberté des autres.

Montréal est une ville où tu peux faire ça. J’avais besoin d’une ville comme ça qui me permettrait d’explorer mon côté créatif. Pour moi, c’est une des plus grandes villes créatives au monde où nous avons la liberté morale, la liberté d’expression de réfléchir comme on veut et d’être qui on veut. Je suis un gars d’Ottawa.

Mais je suis un Ottavien dans mon âme et un Montréalais dans mon cœur.

J’adore Montréal et je ne veux pas quitter cette ville.

SD : Même quand il y a du trafic?

JK : Oh, ne parle pas du trafic et de la planification urbaine parce que là tu vas voir un autre côté de moi moins positif. Restons sur cette veine de positivisme s’il-te-plaît hahaha.

SD : Une dernière question que j’aime poser à mon interlocuteur. Quel héritage aimeriez-vous laisser à la prochaine génération d’auteur, de communicateur ou un petit enfant qui rêve être comme toi?

 JK : Les anglophones disent le ‘’Self believe’’. La confiance en soi. C’est dur être une vraie personne créative, être une personne d’idée, c’est difficile. Nous vivons dans un monde où on essaie de couper la tête à ceux qui essaient de se dépasser. Alors, la chose la plus importante est d’être capable d’ignorer toutes ces personnes, de les oublier, de juste croire en soi-même et de faire le travail. La leçon la plus importante est de faire le travail. Si tu travailles plus fort que tes critiques, tu vas gagner. Le vrai héritage est une fois que tu sais ce que tu veux faire, il faut que tu travailles vers ça.

L’héritage que je veux laisser est d’aimer vos cicatrices.

Sur le mur du gym de George St-Pierre, il y a une citation qui est affichée et là voici :

” Nos cicatrices nous disent d’où nous venons. Elles n’ont pas besoin de nous dicter où nous allons.”

Moi, je dis d’aimer vos cicatrices. Moi, ça nourrit mon feu. Quand les gens ne croient pas en moi, ça me nourrit mon feu. Alors, Do the Fucking Work.

SD : Pray the Lord

JK : Moi aussi, je devrais faire ça.

Justin Kingsley Humility is dead

Merci Justin de me faire découvrir le rôle du don dans toutes ses formes.

Je vous invite à regarder ce vidéo inspirant. Un petit indice. Ça parle de l’humilité.

Justin Kinglsey: Humility is dead video

Justin Kingsley Twitter

Le Café San Gennaro